Reconduire sans délai les déboutés du droit d'asile dans leur pays

Reconduire sans délai les déboutés du droit d'asile dans leur pays

Promesse pas encore tenue d"Emmanuel Macron

Promesse pas encore tenue


Une proposition de loi, adoptée par l’Assemblée nationale le 7 décembre, autorise le placement en centre de rétention administrative des « dublinés », ces étrangers ayant d'abord été enregistrés dans un autre pays de l'Union européenne. Le lendemain, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a annoncé la mise en place d’équipes mobiles d’agents pour contrôler les étrangers hébergés dans les hôtels sociaux.

Le 28 novembre, Gérard Collomb a d'ailleurs déclaré que les éloignements de personnes étrangères en situation irrégulières avaient augmenté de 8% en 2016, dont 123% pour les "dublinés".

Le projet de loi asile et immigration, présenté le 21 février en conseil des ministres, prévoit un durcissement de la politique de reconduite aux frontières.

Le gouvernement compte doubler la durée maximale de rétention, qui passerait de 45 à 90 jours. En cas d’obstruction, une personne migrante pourra même être retenue jusqu’à 135 jours. Objectif : faire gagner du temps aux autorités afin d’obtenir un laissez-passer consulaire. Le régime de la retenue administrative pour vérification du droit de séjour serait lui aussi allongé, passant de 16 à 24 heures.

Commentaires