Supprimer 120 000 postes d'agents publics sur le quinquennat

Supprimer 120 000 postes d'agents publics sur le quinquennat

Promesse pas encore tenue d"Emmanuel Macron

Promesse pas encore tenue


Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé le 1er février le lancement d'une "grande concertation", mêlant gouvernement et syndicats, autour de la fonction publique. Ce sont le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, et son secrétaire d'Etat Olivier Dussopt qui réuniront les acteurs du dossier autour de la table.

Pour supprimer 120 000 fonctionnaires, l'ancien maire de Tourcoing prévoit de développer le recours aux contractuels (qui constituent 20 % des fonctionnaires aujourd'hui) "pour les métiers ne relevant pas d’une spécificité propre au service public". M. Darmanin a également avancé l'idée d'un "plan de départs volontaires pour ceux qui souhaiteraient partir".

Aussi, le Premier ministre prévoit un "accompagnement renforcé en matière d'évolution de carrière" pour les fonctionnaires dont le poste sera supprimé par la numérisation. 

Du côté des hôpitaux, le syndicat Force Ouvrière craint que le licenciement de fonctionnaires hospitaliers ne soit bientôt autorisé par un décret que le gouvernement devrait publier en avril. Et ce, alors qu'Emmanuel Macron avait promis durant la campagne que les effectifs des hôpitaux "seront maintenus".

La "grande consultation" doit s'étaler sur toute l'année 2018, avant un projet de loi prévu en 2019.

 

Type de promesse: 
Mots-clés : 
fonction publique

Commentaires