Accord national interprofessionnel en faveur du sport en entreprise

Accord national interprofessionnel en faveur du sport en entreprise

Promesse non tenue d"Emmanuel Macron

Promesse non tenue


Le rapport sur la nouvelle gouvernance du sport, datant d’août 2018, préconisait une réforme du sport d’entreprise, et défendait l’idée selon laquelle le sport d’entreprise permet de réduire le taux d’absentéisme de 6%, et “d’accroître la motivation au travail”.

En outre, le rapport "pour faire de la France une vraie nation sportive", remis le 27 mars 2019 au premier ministre Edouard Philippe, préconisait la signature de cet accord national.

En novembre 2019, le Premier ministre et de nombreux ministres dévoilent 170 mesures du plan “héritage” des Jeux olympiques 2024, intitulé “faire mieux grâce aux Jeux”. 

L’accord national interprofessionnel y figure, comme mesure N.19. Ce document précise que c’est le ministère du Travail qui est chargé de sa mise en oeuvre. Mais Lui Président n’a plus trouvé trace de cette proposition par la suite.

Le décret du 28 mai 2021 offre toutefois des avantages comme l'exonération de cotisations et contributions sociales appliquée” aux entreprises qui mettraient à la dispositions de leurs salariés des pratiques d’activités physiques.

A noter que selon une étude de novembre 2017 réalisée par le Ministère des sports, le Comité national olympique et sportif français (CNOSF), le Medef et de l’Union Sport & Cycle (le syndicat des industriels du sport), seules 18% des entreprises déclarent mettre en place des activités physiques ou sportives (dont une partie sont ponctuelles). Selon le même document, à peine 4% des entreprises mettent à disposition des douches ou des vestiaires pour favoriser la pratique sportive de leurs salariés.

Commentaires