Des représentants citoyens dans les instances de lutte contre la pauvreté

Des représentants citoyens dans les instances de lutte contre la pauvreté

Promesse tenue d"Emmanuel Macron

Promesse tenue


Le 22 octobre 2019, le premier ministre a publié un décret modifiant la composition du Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale (CNLE). Celui-ci prévoit le quadruplement de la représentation des "personnes en situation de pauvreté ou de précarité" (de 8 à 32 représentants) au sein du conseil, qui comporte 64 membres. 

Créé le 1er décembre 1988, le Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale transmet des avis au gouvernement sur toutes les questions relatives à la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Son président est Etienne Pinte. 

Quatre autres collèges de huit membres (élus et représentants de l'action sociale territoriale, représentants des personnes morales concourant à l'insertion et à la lutte contre les exclusions, représentants proposés par les syndicats, personnalités désignées en raison de leurs compétences) et plusieurs “invités” (ministres, présidents du CESE et de la CAF) complètent ce conseil. 

Cette décision s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté présentée le 13 septembre 2018 par Emmanuel Macron.

Christelle Dubos, secrétaire d’Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé a par ailleurs présenté le 18 novembre 2019, la fusion du CNLE et de l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (ONPES). Un comité scientifique permanent sera désormais directement attaché au CNLE.

"Le nouveau CNLE doté de ce comité scientifique, constituera à la fois un outil dans la construction de nos politiques de solidarité, mais aussi une vigie dans ce combat commun que nous menons contre la pauvreté et toute forme d’exclusion sociale”, a déclaré la secrétaire d’Etat. 

Type de promesse: 
Mots-clés : 
protection sociale

Commentaires