Elimination progressive des pesticides

Elimination progressive des pesticides

Promesse non tenue d"Emmanuel Macron

Promesse non tenue


L'objectif de réduire de moitié l'utilisation de pesticides en dix ans, promesse faite lors du Grenelle de l'environnement en 2009 et inscrite dans le plan Ecophyto, serait repoussée à 2025.

En 2018, l'objectif de sortie du glyphosate n'est finalement pas inscrit dans la Loi Alimentation contrairement à la promesse de campagne d'Emmanuel Macron. 

En avril 2019, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume rappelle que la France, première puissance agricole européenne avec 28,7 millions d'hectares de surface agricole utile (SAU) est le premier utilisateur de produits phytosanitaires en Europe. Mais "neuvième en quantité à l'hectare", ce qui montre son engagement à limiter les doses. Il annonce l'objectif à atteindre: "Réduire de 25 % l'utilisation de produits phytopharmaceutiques en 2020 et de 50 % en 2025, et de sortie du glyphosate d'ici fin 2020 pour les principaux usages pour lesquelles des alternatives existent, et d'ici fin 2022 pour l'ensemble des usages".

Pourtant, pas de mesure d'envergure prise dans ce sens depuis. 

Sans interdire, le gouvernement a fixé, par arrêté, des distances minimales de sécurité entre les habitations et les zones d'épandage de pesticides, qui entrent en vigueur le 1er janvier 2020. Ces distances sont comprises entre 5 et 20 mètres en fonction du type de culture et de l'environnement d'épandage. La mesure est très critiquée par les maires anti-pesticides et les ONG qui a déposé un recours devant le Conseil d'Etat. Il est refusé.

Concernant l'utilisation des néonicotinoïdes, ces insecticides réputés mortels pour les abeilles, le gouvernement rétropédale à la rentrée 2020 en les réintroduisant alors que leur usage devait prendre terme en 2020. L'objectif affiché est la préservation de la filière sucrière, touchée par le virus de la jaunisse. 

Fin 2020, la promesse concernant la sortie du glyphosate n'est finalement pas tenue. Le gouvernement renvoie la question au niveau européen. L’Hexagone est, de loin, le premier consommateur européen de glyphosate : près de 19 % des quantités épandues en Europe le sont sur le sol français.

Type de promesse: 
Mots-clés : 

Commentaires