Ne pas généraliser le tiers payant

Ne pas généraliser le tiers payant

Promesse partiellement tenue d"Emmanuel Macron

Promesse partiellement tenue


Dès sa nomination, la ministre de la santé Agnès Buzyn a commandé un rapport sur le réalisme d'une entrée en vigueur du tiers-payant généralisé au 1er décembre 2017, prévu par une loi votée sous le quinquennat Hollande. Ce rapport, réalisé par l'Inspection générale des affaires sociales, a recommandé un report ou une annulation de la généralisation du tiers-payant.

Le gouvernement a donc annulé cette échéance du 1er décembre. Agnès Buzyn a toutefois assuré que son objectif restait le développement du tiers-payant : en août 2017, elle a indiqué viser un tiers-payant "généralisable", c'est à dire fonctionnel mais facultatif, courant 2018.

Un nouveau rapport de l'IGAS, publié en avril 2018, a toutefois pointé l'impossibilité de tenir ce calendrier, en raison de contraintes techniques et de la résistance de certains professionnels de santé.

Le tiers-payant intégral n'a finalement pas été mis en place sous le quinquennat Macron. Son gouvernement l'a toutefois rendu obligatoire à partir de janvier 2022 sur une catégorie spécifique de soins : le "100% santé" (c'est à dire le panier des dépenses d'optique, d'audioprothèse et de dentaire au reste à charge nul).

Type de promesse: 
Mots-clés : 

Commentaires