Pénaliser les partis qui ne respectent pas la parité

Pénaliser les partis qui ne respectent pas la parité obligatoire

Promesse non tenue d"Emmanuel Macron

Promesse non tenue


Les partis politiques étaient déjà soumis avant le début du quinquennat Macron à des exigences de parité, avec des sanctions financières en cas de non-respect, sous la forme d’une réduction du financement public.

La secrétaire d’Etat chargée de l’égalité femmes-hommes Marlène Schiappa a annoncé le 27 août 2019 vouloir multiplier par cinq les pénalités financières, pour les rendre plus dissuasives. Cette mesure n’a toutefois jamais vu le jour, en raison de l’abandon du projet de loi sur l’émancipation économique des femmes, repoussé sine die en raison de la crise sanitaire.

Il est à noter que la République en marche, le parti du président, fait partie des bons élèves en matière de respect des règles de parité, comme le Parti socialiste, le Rassemblement national ou Europe Ecologie-Les Verts.

Commentaires