Simplifier la formation aux métiers du sport

Simplifier la formation aux métiers du sport

Promesse partiellement tenue d"Emmanuel Macron

Promesse partiellement tenue


Selon l'Association nationale des étudiants en STAPS (ANESTAPS), reçue en février 2018 par la ministre de l'enseignement supérieur, Frédérique Vidal, une mission sur "la lisibilité et les passerelles entre la formation staps, les formations du ministère des sports et les certificats de qualification professionnelle" devait être lancée.

Mais après avoir échoué à trouver un responsable pour cette mission, elle a été plusieurs fois repoussée selon Mathias Goasmat, président de l'ANESTAPS, et favorable à une réforme de l'articulation des formations aux métiers du sport.

La majorité n'a toutefois pas abandonné le sujet, "une mission sur cette thématique sera demandée à la Commission des affaires culturelles, à l'automne 2019", assure à Lui Président le député LREM François Cormier-Bouligeon, spécialiste des questions de sport.

Cela n’a pas empêché des étudiants en STAPS de manifester leur “ras-de-bol” quant à leurs conditions d’études, en octobre 2021. Ils reprochent notamment un déficit d’enseignants, selon le Figaro Etudiant

A noter que la fillière STAPS n’est pas la seule à former aux métiers du sports. Début janvier 2021, le quotidien Le Monde observait l’”essor opportuniste” des formations en la matière proposées par des écoles privées, dans l’optique des Jeux Olympiques 2024 en France et en raison de l’engorgement de la filière STAPS. Seules certaines d’entre elles délivrent des diplômes reconnus par le ministère de l’enseignement supérieur, et une plus petite part encore délivrent des diplômes “visés par l’Etat”, garantie de qualité.

Commentaires